Artem silendi

De Frank Ychou⎥ Fr⎥8m

Pardonnez-moi mon Père pour ce que j’ai pêché.

On ignore si Frank Ychou, le réalisateur d’Artem silendi, a vu Dans les ténèbres, un film d’Almodóvar “première manière”, mais il est certain qu’il a lui aussi décelé, pour sa première réalisation, tout le potentiel comique, qui ne saute pas forcément aux yeux, d’une communauté de religieuses recluses dans un couvent.
Loin du “trash” du trublion de la Movida, la situation cocasse développée ici joue au mieux du vœu de silence prononcé d’évidence par les pensionnaires, ce qui permet au réalisateur de mettre en exergue les mimiques, les sourires forcés ou les colères contenues, tandis que la petite société des nonnes est attablée au réfectoire. Et la distribution des poissons grillés qui se trouvent au menu du jour – symbole évangélique s’il en est ! – met à rude épreuve la solidarité qui est de mise entre celles qui ont choisi d’entrer dans les ordres. La pêche n’est pas toujours miraculeuse, mais cette comédie récompensée en 2018 du Grand prix du court au festival de L’Alpe-d’Huez ne manque jamais de sel, dans tous les sens du terme !

▶︎ En savoir plus