La fièvre

de Maya Da-Rin | Brésil – France – Allemagne | 2019 | 1h38min

A Manaus, ville industrielle au cœur de l’Amazonie, Justino, amérindien Desana, est employé comme vigile du port de commerce tentaculaire. Sa fille aide-soignante est sur le point de partir faire ses études de médecine à Brasilia. Confronté à la solitude de sa modeste maison et ses nuits hantées par la poursuite d’animal sauvage, Justino est saisi d’une fièvre mystérieuse. La visite de son frère lui remémore sa vie passée dans la forêt. Entre sa vie urbaine et son arrachement à sa forêt, Justino cherche sa place.

L’avis de la commission Cinémas verts

La Fièvre nous emmène dans le quotidien de Justino, Amérindien issu du peuple Desana. Chaque jour, il revêt son uniforme et son arme et se rend sur l’immense port industriel de Manaus, où il est agent de sécurité. A l’immensité et l’agressivité des docks s’oppose la chaleur du foyer, qu’il partage avec sa fille. Un jour, Justino souffre d’une fièvre qui ne va plus le quitter. Cette fièvre n’évoque pas un mal précis, mais plutôt une douleur diffuse, comme une réaction physique face au disfonctionnement du monde qui l’entoure.

Avec une grande sobriété, le film en dit beaucoup. L’idée de la disparition des peuples d’Amazonie est présente tout au long du film. En seulement quelques mots, La Fièvre parle de la place des Amérindiens dans la société brésilienne, de son racisme latent, mais aussi de la perte de spiritualité chez les jeunes générations d’Amérindiens. Justino aimerait parler à ses enfants mais ne trouve pas les mots, car ceux-ci parlent « le langage de l’homme blanc ». La forêt, qui borde sa maison, sera-t-elle le remède à sa fièvre ? A la lisière du fantastique, le film nous happe dès la première scène dans une ambiance à la fois pesante et mystérieuse, à l’image de la jungle amazonienne.​

Bande annonce Sème le vent

Distribution : Survivance

Sortie le 30/06/2021